Les 5 Racines,  Textes de pratique

Une pratique des 5 racines

Voici une pratique des Cinq Racines grandement inspirés des textes de Wangmo . Écrit par Nathalie, il répond à l’invitation de Wangmo à explorer par soi-même la pratique des cinq racines, à s’approprier son sens profond.

Faire apparaître le mandala dans l’espace

En l’espace du cœur ouvert, j’apparais.
Au dessus de moi, la grande famille des êtres de sagesse au-delà des 3 temps dont je suis l’héritière et leurs enseignements.
Derrière moi, les lignées d’origine maternelle et paternelle jusqu’au plus lointains ancêtres avec qui je suis en lien de gratitude et d’hommage.
Autour de moi, les êtres de cette vie : amis, ennemis ou étrangers au-delà de toutes les frontières et toutes les races avec qui je suis en lien de cœur sensible.
Devant moi, tous les êtres dont je suis déjà l’ancêtre.
Sous mes pieds tous les précieux règnes dont je suis issue, minéral, végétal, animal, humain et au-delà.
A tous, j’offre mes souhaits de belle vie et mon entraînement aux qualités du coeur-esprit.

Méditation – Sensation d’espace sans limite, riche, lumineux

Changer la Vision

Dans cet espace ouvert, la clarté.
Je reste profondément détendue dans l’état naturel, en la dimension de simplicité, de clarté et de bonté fondamentale inhérent à l’espace ouvert, source de toutes apparences.
Je regarde l’esprit jusqu’à ce que naisse une claire compréhension de sa nature de vacuité.
Je prends conscience que tout est en lien à de multiples dimensions qui dépassent ma compréhension.
Je prends conscience que je suis l’air que je respire, je suis l’eau que je bois, je suis la nourriture que j’ingère et je suis les lieux qui m’abritent et me réchauffent.
Je prends conscience de ma propre mort et de l’impermanence de tout phénomène, de la fluidité de la vie au-delà même de la notion de mort.
Les apparences émergent au rythme du souffle de la vie, comme dans tout cycle.
Et sans identification, sans accroche, qu’est ce qui meure ?

Méditation – Espace lumineux, fluide, vivant, sans repère, sans point d’attache

Apaiser les blessures

Dans cet espace ouvert et clair,
Je réalise l’ampleur du samsara.
Je réalise les liens de souffrance, les blessures et cette quête incessante de soulagement et de bonheur par des moyens déviés et déviants.
Je réalise le cercle vicieux de la saisie depuis des générations.
Je réalise que je suis l’expression de cette saisie ancestrale qui s’exprime à travers mes émotions.
Les deux pieds dans le samsara, je n’oublie pas de revenir à l’espace ouvert, quoi qu’il advienne.
Je pratique avec tous les aspects douloureux en moi et toutes les formes d’adversité et devance les difficultés par un flot perpétuel de gratitude.
Je remercie et honore mes ancêtres pour la vie qui m’a été donnée que j’accepte telle qu’elle est.
Je rends à mes ancêtres ce qui leur appartient afin de vivre ma vie avec plus de conscience et de légèreté.
Merci, Merci, Merci !

Méditation de gratitude et d’ouverture du cœur face à l’ampleur du samsara – Tonglen

Activer les qualités

Dans cet espace ouvert, lumineux et sensible
J’ouvre mon cœur à toutes les souffrances – des autres et de la mienne.
Je me relie au mandala sans limite et j’active les ressources de mon cœur :
Tous les contacts et tous les liens du quotidien exercent mon cœur à la présence sensible et fluide.
Je lâche les personnages et leurs rôles et je laisse la personne être et inter-être au-delà d’un je « étriqué »
Je lâche les efforts et la tension car libre de doute et confiante, je sais que les changements se font sans moi.
L’entraînement avec douceur, la pratique du donner-recevoir, de la gratitude et le lien quotidien avec les qualités et leurs forces sont les seuls moyens habiles.
Je laisse l’esprit ouvert et vif, disponible à l’instant.
Confiance et plénitude rayonnent spontanément.
Méditation d’espace et de détente, de liberté et de confiance

Développer l’action synchronisée

Dans cet espace lumineux, sensible et vivant,

Je prends l’entière responsabilité de mes actes, n’étant ni héro ni victime.
J’agis en conscience des effets que mes intentions produisent dans le terreau de ma conscience et dans la vie d’autrui.
Développant inlassablement la force de la persévérance, la force de l’habitude, la force des bonnes graines, la force du renoncement, la force des souhaits dans cette vie et pour le moment de la mort, encore et encore, j’accueille toute adversité comme source de pratique.
J’agis dans l’acceptation de mon incomplétude car je sais qu’au fond tout est déjà parfait dans l’ombre comme dans la lumière.
AH OM HOUNG RAM DZA

Dédicace

Puissé-je chaque fois que nécessaire avoir le courage de lâcher mes certitudes et mes croyances
Et changer ma vision, m’ouvrir, au-delà des blessures et des résistances, à toutes les reliaisons.
Puissé-je, malgré mes cloisonnements et mes froideurs, savoir revenir inlassablement aux qualités de cœur que je suis.
Et puissé-je synchroniser toutes mes actions aux qualités sans limite de bonté, de patience, de douceur et de joie.
En l’espace de clarté qui nous unit.
OM AH HOUNG

4 commentaires

Laisser un commentaire