Douceur contée : le chat botté

Résonance du conte : « Le chat botté »

Les contes nous donnent des clés de transformation. Ils nous éveillent à la conscience de nous même, à la conscience vivante de tous les règnes auxquels nous appartenons.

Regarder ce que nous savons bien faire, botter nos qualités.

De quoi nous nourrissons-nous ? Quel genre de pensées d’émotions nous mangeons ?

Sous l’effet d’une inspiration le chat veut faire de son maître le meunier : le Marquis de Carabas. Il veut donner une forme à ce potentiel et le fait déjà exister, il fait « comme si ».

Dans notre royaume intérieur, il faut savoir stimuler ces forces inconscientes qui dorment (le chat flatte l’ogre). Flatter le côté aveugle et très puissant de l’enfermement, et pour cela il suffit de changer de forme.

La forme prend l’habit de nos pensées, de nos états de conscience, de nos croyances, de notre énergie, de notre vibration.

Nous avons une bonne étoile. Pensez-vous être pleinement bénis, accompagnés, et si nous nous alignons à cela, nous avons totalement confiance en ce que nous sommes, en ce que la vie nous propose.

La confiance que nous sommes accompagnés, bien accompagnés encore faut-il entendre le chat plutôt que de se faire manger par un ogre !

Les contes et les mythes nous parlent de grandes forces archétypales, non pas quelque chose de mental. Nous sommes liés et reliés à des forces invisibles, naturelles, à des grandes puissances, et ce sont ces liens qui peuvent nous ouvrir à un nouveau champ de potentiel(s).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *